accueil bernezac.com
Tourisme et Vacances sur la Côte Atlantique, Charente-Maritime, estuaire de la Gironde, Poitou-Charentes
voir faire connaître deguster se loger
Le phare de La Coubre

la lanterne du phare de La Coubre

Vous êtes ici: Accueil > Connaître > le phare de La Coubre
Vous appréciez bernezac.com? Suivez nous!
Twitter
facebook
you tube logo
 
camping airotel ile d'Oléron
 
Eldapi vacances campings
 
palmyre loisirs
 
camping la clairiere ronce-les-bains
 
 
camping-village yukadi le logis
 
residence de bougainville Rochefort
 
OROT ABC Royan
 
residence de Rohan, promotions
 
 
 
Royan hôtel Beau Rivage
 
Royan, hôtel Foncillon
 
 
Hôtel Belle-Vue Royan Pontaillac
 
hôtel françois 1er Cognac
 
 
restaurant Le Flandre Saint-Palais-sur-Mer
 
 
camping l'océan île de ré
 
Residence Les Flots Saint-Palais-sur-Mer
 
croisières alizé fort boyard ile d'aix
 
 
 
 
 
 
 

Le phare de La Coubre est ouvert jusqu'au 12 novembre

Prenez de la hauteur pour respirer le grand air marin en admirant le panorama sur La Côte Sauvage de La Tremblade, ses magnifiques plages et la Forêt de La Coubre.

phare de La Coubre

photo Damien Joussemet

Profitez également pour admirer les expositions à la salle "Grand Vent", au pied du "Géant Trembladais".

Horaires: de 10h à 12h30 et de 14h à 17h30 sauf le mardi.

Lieu-dit La Coubre (RD 25) LA TREMBLADE - 05 46 06 26 42

Le phare de la Coubre, puissance et élégance

Avec sa silhouette élancée, ses couleurs blanche et rouge, ses 64 mètres de haut et sa portée de 50 kilomètres, le phare de la Coubre est effectivement symbole de puissance et d’élégance dans un paysage sans relief autre que les dunes côtières.

Le phare de la Coubre, construit sur la pointe à laquelle il doit son nom, marque le début de la Côte Sauvage, cette large étendue rectiligne qui conduit de la pointe de la Coubre au sud jusqu’à la pointe Espagnole au nord.

Cette côte est souvent vue comme le prolongement de la côte du Médoc au-delà de l’estuaire de la Gironde.

Le phare de la Coubre marque, avec le phare de Cordouan, l’entrée de l’estuaire de la Gironde.

Le phare de La Coubre est situé sur le territoire de la commune de La Tremblade.

La Tremblade - le phare de La Coubre, entrée et parking

La Tremblade - le phare de La Coubre, entrée et parking

La Tremblade - le phare de La Coubre, reflet

Le phare de La Coubre est ouvert aux visiteurs

Le phare actuel, inauguré en 1905, a bénéficié en 2016 d’importants travaux, rénovation des couleurs blanche et rouge de son revêtement extérieur, nouvel espace paysager, espace de pique-nique, boutique… Le phare de La Coubre est maintenant ouvert à la visite pratiquement toute l'année.

La Tremblade - le phare de La Coubre, accueil visiteurs

La Tremblade - le phare de La Coubre, accueil visiteurs

Avec sa rénovation et ses nouveaux aménagements, le Phare de la Coubre est une attraction majeure du territoire de La Tremblade.

Périodes et horaires 2017 pour la visite du phare de La Coubre

Février – Mars – Avril – Octobre – Novembre:

De 10h à 12h30 et de 14h à 17h30  (fermé le mardi)

Mai – Juin - Septembre:

De 10h à 12h30 et de 14h à 18h (fermé le mardi)

Juillet - Août:

De 10h à 20h (tous les jours et jours fériés)

Vacances de Noël (du 26 au 30 décembre):

De 10h à 12h30 et 13h30 à 16h30

Montez à la découverte (ou redécouverte) d'un panorama mémorable sur la Côte Sauvage et la Forêt de La Coubre de La Tremblade.

Après avoir gravi les 300 marches de l’escalier en colimaçon attenant à la paroi intérieure recouverte d’opaline bleue, on est récompensé par un splendide panorama sur la presqu’île d’Arvert, la Côte Sauvage, l’île d’Oléron, la flèche littorale de Bonne Anse…

 

La Tremblade - le phare de La Coubre, l'escalier 300 marches

La Tremblade - le phare de La Coubre, l'escalier et les parois en opaline

La Tremblade - le phare de La Coubre, l'escalier et les parois en opaline

Les parois intérieures sont carrelées d'opaline bleue et une rampe de cuivre courre de la base au sommet.

 

La Tremblade - le phare de La Coubre, l'escalier d'accès à la plateforme

La Tremblade - le phare de La Coubre, l'escalier d'accès à la plateforme

 

La Tremblade - le phare de La Coubre, la plateforme vue du sol

La Tremblade - le phare de La Coubre, la plateforme vue du sol

Le phare de la Coubre et l'érosion marine

Le phare de la Coubre actuel date de 1905. Il fut construit à deux kilomètres de la mer et à un kilomètre et demi en retrait du phare précédent qui s’écroula sous l’effet de l’érosion marine. 

Le phare de La Coubre en 1960

Aujourd’hui, le phare de la Coubre n’est plus qu’à quelques centaines de mètres du rivage. On peut s’en rendre compte avec la photo prise du haut du phare en 1960 et celle du sémaphore prise en 2001.

vue panoramique en 1960

Vue du sommet du phare de la Coubre, prise en 1960. La tour du sémaphore et ses bâtiments annexes, entre le phare et la mer.

 

le sémaphore du phare de la coubre détruit en 2003

Vue prise en 1960 du sémaphore construit en avant du phare de La Coubre.

Le sémaphore a été démoli en 2003. On en distingue le socle sur cette photo de 2016.

 

L'histoire des phares successifs de La Coubre

L’inventaire national des grands phares du littoral de France nous apporte des informations détaillées sur l’histoire des phares de la Coubre.

"Le premier feu de la Coubre est allumé en 1830 au sommet d’une petite tour en charpente haute de 11 mètres. En 1842, une petite tourelle en maçonnerie est construite pour porter le feu ainsi qu’une maison de gardien.

Devant l’avancée de la mer, la construction est menacée et en 1860, c’est un échafaudage en sapin qui est érigé pour recevoir l’appareil lumineux.

Cette construction se dégrade progressivement et en 1888, le projet d’une tour en fer est étudié. La société Eiffel est impliquée dans le projet mais finalement la solution métallique est abandonnée pour faire place à un projet en pierres de taille car la côte est jugée suffisamment stabilisée pour de nombreuses années.

La tour en maçonnerie est construite et allumée en 1895. Mais le recul du rivage s'accroît et devant l'avancée de la mer, on juge préférable dès 1900 d'établir une seconde tour en béton à 1600 mètres en arrière.

Le chantier de la nouvelle tour en béton armé, conçue par l'ingénieur Alexandre, commence le premier décembre 1904 et le feu est allumé le premier octobre 1905."

> consultez le site de l’inventaire national des grands phares du littoral de France

La balade dans les dunes du phare de La Coubre

A l'occasion d'une visite du phare de La Coubre, ou mieux consacrez une matinée à parcourir les dunes dans les alentours du phare de La Courbe, en direction de la baie de Bonne Anse ou en remontant vers la Côte Sauvage.

Montées et descentes dans le sable, vues superbes de la côte et de l'océan, une végétation très diverse à découvrir entre les empreintes des oiseaux sur le sable...

Découvrez sur le terrain les actions de l’Office National des Forêts (ONF) pour le contrôle des dunes de la Côte Sauvage.

Nous vous invitons à lire les panneaux de l'ONF sur l'historique et l'évolution du trait de côte de la presqu’île d’Arvert. Nous en partageons les textes avec vous.

"Au 19ème siècle, face à une demande pressante des populations, les services de l’Etat ont entrepris la stabilisation des dunes mobiles de la côte atlantique par boisement.

Aujourd’hui, l’ONF gère une grande partie des dunes situées entre Loire et Adour.

Sur la dune boisée, les feuillus indigènes ont progressé. Par contre, face à la mer et aux tempêtes, la dune bordière non boisée est, quant à elle, en continuelle évolution.

L’action de la mer est déterminante : elle trie et remonte les éléments fins sur la plage où, repris par le vent, ils permettront l’édification des dunes.

Celles-ci sont par nature mobiles et résultent d’un constant rééquilibrage entre les forces en jeu : il n’est ni souhaitable, ni possible, de rechercher leur fixation rigide. Il est préférable d’exercer un contrôle souple de leur dynamique, conciliant maîtrise des sables mobiles, conservation d’écosystèmes originaux et accueil raisonné du public.

En période d’érosion marine, la migration du cordon dunaire vers l’intérieur est inévitable. Depuis 2825, date des premiers relevés précis sur la pointe de La Coubre et Bonne Anse, la côte a été marquée par un long recul sur la façade occidentale. La côte sud a vu, dès 1880, se créer une flèche tandis que la Baie de Bonne Anse se fermait à la navigation.

Des travaux de contrôle sur le versant interne peuvent ralentir cette progression. En piégeant le sable, ils permettront de protéger de l’ensablement et de conserver une mosaïque végétale suffisamment diversifiée pour recoloniser les sables dénudés après la période de recul de la côte. En effet, souvent, des phases de répit succèdent aux phases d’érosion.

Le cordon littoral joue de nombreux rôles : amortisseur de l’énergie marine, "piège à sable" qui protège l’arrière-pays, "habitat" de haute valeur patrimoniale, composante originale et attractive du paysage… La dune peut remplir ces multiples rôles grâce à de réguliers travaux d’entretien et de surveillance.

L’entretien de la dune littorale consiste principalement à lutter contre l’érosion éolienne en opposant au vent des obstacles.

Les techniques de contrôle dunaire relèvent du génie écologique.  Les plus utilisées sont de trois types : couverture de branchages, brise-vents et plantations.

Leur objectif est toujours de conserver, ou de recréer des conditions favorables au développement de la couverture végétale naturelle. En effet, les végétaux  sont un des agents de la formation des dunes, grâce à l’action conjuguée de leurs parties aériennes qui provoquent le dépôt du sable en transit et de leur enracinement qui renforce la surface dunaire.

 

 

 

 

 

La plage de La Coubre

La plage de La Coubre est proche du phare de La Coubre et de la baie de Bonne Anse. La plage de la Coubre est exposée pleine océan. On y accède depuis les parkings au pied du phare en empruntant sur quelques centaines de mètres des sentiers dans les dunes.

plage de La Coubre

Ses vagues et son étendue sont appréciées par tous ceux qui recherchent calme et mer vivifiante. Le surf et le surfcasting y sont également pratiqués.

> découvrir (ou re-découvrir) la plage de La Coubre